SPÉCIALITÉ : Physiothérapie à domicile pour personnes âgées

En savoir plus
Accueil Nouvelles Nomade Douleurs liées à la pratique…

Douleurs liées à la pratique musicale

5 juillet 2024

À propos de l’auteur :

Cet article a été composé par Aymeric Averlant, physiothérapeute gradué en 2023. Musicien depuis 2011, il a notamment effectué un stage auprès des musiciens de la Faculté de musique de l’Université Laval.

Qu’est-ce que la pratique musicale ?

La pratique musicale est la pratique d’un instrument de musique de manière régulièreorganisée et structurée. Par instrument de musique, nous entendons bien sûr des instruments tels que la guitare, le violon, le trombone, la clarinette, mais également la voix pour les chanteur·se·s. La motivation à la pratique peut avoir diverses origines qui peuvent se superposer ou non : la motivation intrinsèque lorsque le·la musicien·ne ne pratique que pour lui·elle-même ou la motivation extrinsèque lorsqu’il·elle pratique pour un facteur de motivation externe (comme un concert, un examen, un emploi, etc.). La pratique peut être retrouvée à différents niveaux, de l’amateur au professionnel, en passant par l’étudiant·e. C’est notamment ce niveau qui détermine le besoin et/ou la nécessité de pratiquer pour un·e musicien·ne. Il existe différents types de pratique musicale, ayant chacun des objectifs distincts, que ce soit le développement de la techniquel’expression artistique ou encore la pratique de la lecture à vue, par exemples.

Quelques enjeux du·de la musicien·ne

La pratique musicale, à l’instar de la pratique sportive, amène son lot de défis et d’enjeux. Ces derniers peuvent se présenter de différentes façons. Le premier est l’enjeu physique. En effet, les instruments de musique ont été développés pour leur sonorité et non pour leur ergonomie. La conséquence : des positions de jeu plus ou moins naturelles pour le corps, des poids d’instruments parfois conséquents qui peuvent parfois occasionner des douleurs. Le second enjeu est l’enjeu de performance. Que ce soit à l’école ou dans une carrière professionnelle, le milieu dans lequel le·la musicien·ne évolue peut lui imposer une pression de performance, à l’occasion d’un récital ou d’un solo dans une pièce orchestrale, par exemple. Finalement, l’enjeu financier est également à considérer. En effet, le·la musicien·ne professionnel·le doit régulièrement faire ses preuves afin d’obtenir ou conserver sa source de revenu. Que ce soit lors d’auditions, ou lors de performances, le·la musicien·ne est parfois face à une situation où sa source de revenu dépend de sa performance.

En quelques chiffres

Il est normal de se sentir parfois seul·e face à notre douleur. Sachez cependant que la douleur liée à la pratique musicale est loin d’être rare. Cette douleur peut entraver la pratique, mais elle vient aussi avec un impact psychologique conséquent. Une étude Australienne portant sur 377 sujets rapporte que 84 % des musicien·ne·s interrogé·e·s ont déjà éprouvé de la douleur à un moment donné de leur carrière. Sur ces 377 personnes, près de la moitié présentaient de la douleur au moment du sondage, douleur surtout liée à leur profession (79 %). 28 % des interrogé·e·s ont rapporté avoir pris au moins un jour de congé dans la dernière année et demie en lien avec leurs douleurs. Finalement, parmi les musicien·ne·s ayant rapporté au moins 1 épisode de douleur par le passé, la moitié affirme ne pas avoir totalement récupéré.

Signes et symptômes

La blessure liée à la pratique musicale peut se traduire par plusieurs symptômesproportionnels à l’état d’avancement de la blessure.

– Premièrement, le·la musicien·ne pourrait éprouver une douleur localisée qui apparaît lors de la pratique et s’estompe dès l’arrêt du jeu.

– Par la suite et si non prise en charge, la douleur pourrait toucher une plus grande zone, avec quelques signes physiques minimes, mais devrait toujours cesser avec l’arrêt de la pratique.

– Avec le temps, plusieurs problèmes pourraient se rajouter à la douleur, tels qu’une diminution de force et de coordination, problèmes qui se maintiendraient après la pratique avec un impact notable sur les activités du quotidien.

Certaines blessures sont plus courantes chez certains instruments. Par exemple, les violonistes sont plus à risque de douleurs au niveau de l’articulation de la mâchoire, en lien avec la mentonnière, ou encore à la coiffe des rotateurs, en lien avec la position de jeu. Les clarinettistes, quant à eux, peuvent présenter une atteinte douloureuse au niveau du pouce soutenant leur instrument, pouce ayant pour rôle de soutenir le poids de l’instrument.

Comment la physiothérapie peut-elle m’aider ?

Les physiothérapeutes sont des professionnel·le·s de la santé spécialisé·e·s dans la prise en charge des troubles neuromusculosquelettiques et de la douleur chronique. Iels seront en mesure d’identifier les déficiences en lien avec votre condition, dans l’optique d’établir un plan d’action concret pour optimiser votre récupération fonctionnelle. Une organisation de la pratique, un plan d’exercices personnalisés, ainsi que diverses techniques de traitement mécanique passif sont les outils que le physiothérapeute pourrait utiliser afin d’optimiser votre prise en charge. Soucieux·se de s’adapter à votre réalité, nos physiothérapeutes composeront avec les contraintes liées à votre horaire et à votre profession.

À propos de l’auteur :

Cet article a été composé par Aymeric Averlant, physiothérapeute gradué en 2023. Musicien depuis 2011, il a notamment effectué un stage auprès des musiciens de la Faculté de musique de l’Université Laval.

Sources

BIBLIOGRAPHIE : 

 

Nouvelles Nomade

En savoir plus

Hypertension artérielle et activité physique : un autre couple parfait?

  • Conseils

Diabète de type 2 et activité physique : le couple parfait?

  • Conseils

Marcher ou courir ?

  • Conseils

+581 890-9520