SPÉCIALITÉ : Physiothérapie à domicile pour personnes âgées

En savoir plus
Accueil Nouvelles Nomade Avoir du succès en rééducat…

Avoir du succès en rééducation périnéale et pelvienne, qu’est-ce que ça implique?

21 mars 2023

À propos de l’auteure :

Cet article a été composé par Émilie Vachon, physiothérapeute graduée du Micro-programme en rééducation périnéale et pelvienne. Elle pratique depuis 2006, plus spécifiquement en rééducation périnéale depuis 2016, et concentre aujourd’hui la majeure partie de son travail dans ce créneau.

Anatomie et physiologie

Les muscles du plancher pelvien sont des muscles qui, comme tous les autres muscles du corps, ont besoin de maintenir un certain niveau de capacités pour être en mesure de remplir leurs fonctions :

Fonctions associées à une bonne force/endurance/puissance/vitesse de contraction/coordination :
– Continence (urine, selles, gaz)
– Participer au support de nos organes internes
– Aider à stabiliser nos articulations (région lombaire, bassin)
– Relations sexuelles (sensations perçues, atteinte de l’orgasme)

Fonctions associées à une bonne capacité et un bon contrôle du relâchement du plancher pelvien :
– Permettre une meilleure vidange (urine, selles)
– Diminuer les douleurs ressenties aux relations sexuelles

Évènements pouvant endommager/causer un affaiblissement des muscles du plancher pelvien :
– Grossesse et accouchement
– Prise de poids
– Allergies avec toux/éternuement
– Maladie respiratoire (ex. bronchite)
– Épisode de constipation
– Période de stress, fatigue, changements de saisons
– Infection urinaire

La pratique d’activités physiques plus intenses (ex. sauts/course, crossfit, lever de charges) nécessitent également des capacités musculaires supérieures afin d’éviter les symptômes indésirables (fuites urinaire, douleur, sensation de lourdeur).

Recommandations

Il est recommandé d’effectuer les exercices 5 fois par semaine (pendant la grossesse et pour une période d’environ 3 mois après un accouchement ou lorsque vous entamez un programme d’exercices avec une physio en rééducation périnéale et pelvienne parce que vous avez des symptômes). Cette période de 3 mois ou 10-12 semaines, est la période nécessaire pour maximiser vos gains musculaires (ex. force/endurance/contrôle musculaire) et ce, peu importe le muscle entrainé dans le corps humain (notez que cette période peut varier selon le portrait de départ de chaque patiente, par exemple, elle pourrait être écourtée si vos capacités musculaires sont bonnes à la base, mais pourrait être plus longue dans le cas contraire).

Rigueur et implication de la patiente sont donc nécessaires pour obtenir de bons résultats!

Selon la littérature, la rééducation périnéale est reconnue pour avoir un impact positif sur les problématiques d’incontinence urinaire (niveau d’évidence élevé). En revanche, le manque d’adhérence aux exercices représente une barrière à l’obtention de bons résultats.

https://www.inesss.qc.ca/fileadmin/doc/INESSS/Rapports/OrganisationsSoins/INESSS_REPP_IU_volet_1_avis.pdf

Lorsque les capacités musculaires (force, endurance, puissance, vitesse de contraction, bonne capacité de relaxation) des muscles du plancher pelvien sont suffisantes pour que la patiente soit fonctionnelle et n’ait plus de symptômes dans son quotidien ou lors de la pratique de ses activités, la fréquence des exercices peut alors être ajustée. Il est recommandé dans la littérature de continuer les exercices à une fréquence de 2 fois par semaine pour toute la vie afin de maintenir ce niveau de capacités, car comme pour n’importe quel muscle, si vous cessez de les entraîner, vous perdrez des capacités en 4 à 6 semaines.

À garder en tête

Le fait d’avoir effectué des exercices pendant une période (ex. pendant votre grossesse, en période post-partum ou lorsque vous avez consulté votre physio parce que vous aviez des fuites urinaires), ne vous protège pas pour toute la vie. Face à une récidive de symptômes (ex. retour des fuites urinaires à la suite d’une bronchite qui vous a occasionné une forte toux pendant 1 mois), la fréquence des exercices pourrait être réaugmentée à nouveau à 5 fois par semaine jusqu’à ce que les symptômes soient disparus.

En rééducation périnéale et pelvienne, les exercices sont essentiels, mais il est aussi important de bien comprendre qu’il est primordial d’éviter toutes pressions exercées vers le bas, soit toutes poussées dirigées sur nos organes internes en direction du sol, afin de prévenir ou d’éviter d’empirer une/des descente(s) d’organe(s) (vessie, utérus, rectum, petit intestin chez la femme qui a subi une hystérectomie). Il est donc important d’éviter la constipation, éviter de bloquer la respiration à l’effort, utiliser le verrouillage du plancher pelvien lors de la toux/éternuement/soulèvement d’une charge tel qu’enseigné par votre physio.

Une bonne posture ainsi qu’une bonne compétence abdominale aideront également à mieux répartir les forces, diminuer les risques de développer des symptômes ou une descente d’organe(s).

En conclusion

La physiothérapeute en rééducation périnéale et pelvienne, lors de votre prise en charge, s’assurera de vous guider vers les bons exercices afin qu’ils soient exécutés de façon adéquate et vous prodiguera des conseils/enseignements pertinents qui vous resteront à tout jamais. Cependant, gardez en tête qu’un travail d’équipe qui nécessitera votre participation/implication est indispensable.

Votre réussite dépend aussi de vous!

Rédigé par Émilie Vachon, physiothérapeute graduée du Micro-programme en rééducation périnéale et pelvienne

Nouvelles Nomade

En savoir plus

Utilisation du pessaire en RPP : quand et comment?

  • Conseils

Avoir du succès en rééducation périnéale et pelvienne, qu’est-ce que ça implique?

  • Conseils

+581 890-9520