SPÉCIALITÉ : Physiothérapie à domicile pour personnes âgées

En savoir plus
Accueil Nouvelles Nomade Utilisation du pessaire en RPP…

Utilisation du pessaire en RPP : quand et comment?

3 juillet 2023

À propos de l’auteure :

Cet article a été composé par Émilie Vachon, physiothérapeute graduée du Micro-programme en rééducation périnéale et pelvienne. Elle pratique depuis 2006, plus spécifiquement en rééducation périnéale depuis 2016, et concentre aujourd’hui la majeure partie de son travail dans ce créneau.

Un pessaire, qu'est-ce que c'est?

Un pessaire est une prothèse vaginale en silicone (approche non chirurgicale) qui vise à apporter un soutien dans le cas de descente(s) d’organe(s) (utérus, vessie, rectum). Il est inséré à l’intérieur du vagin un peu comme un tampon ou une coupe menstruelle. Le pessaire peut prévenir la progression du prolapsus et/ou soulager certains symptômes (lourdeur, incontinence urinaire d’effort et d’urgence, sensation d’évacuation incomplète lors de la miction).

Avant de considérer l’utilisation du pessaire, il est souvent pertinent de faire une bonne rééducation musculaire des muscles du plancher pelvien. De plus, il est aussi important d’aborder les enseignements en lien avec une bonne gestion de la pression intra-abdominale (ex : éviter de bloquer la respiration, avoir un bon patron respiratoire, éviter la constipation).

Il existe 4 grades de descente(s) d’organe(s). Le grade peut être déterminé lors d’un examen gynécologique avec votre médecin ou lors de votre évaluation en rééducation périnéale avec la physiothérapeute. Les symptômes rapportés (ex. sensation de boule dans le vagin) ET le grade de descente sont considérés si on songe à avoir recours à un pessaire (plus souvent pertinent pour les grades 3 ou 4 et parfois 2).

Le pessaire est donc un outil de traitement intéressant : utilisé dans la période post-natale, en attente d’une chirurgie (délais de plusieurs mois souvent avant de rencontrer un gynécologue), mais aussi parfois lorsqu’une femme ne veut pas se faire opérer ou ne peut pas en raison d’autres conditions de santé.

L'autorisation médicale, un prérequis!

Il est important d’obtenir une autorisation médicale avant de faire l’usage d’un pessaire. Votre médecin devra ainsi procéder à un examen vaginal pour assurer qu’il n’y ait pas de contre-indication à utiliser le pessaire, comme par exemple : des saignements non investigués, une infection vaginale ou urinaire ou autre infection active à la vulve, des lésions cutanées (ulcérations du col ou lésions vaginales, lacérations) ou autre problème dermatologique, une irritation vaginale chronique, une atrophie vaginale sévère ou atteinte de la muqueuse qui nécessiterait une intervention médicale au préalable avant d’être éligible au pessaire, un cancer (vagin, utérus, vessie ou autre) empêchant l’utilisation d’un pessaire, un diabète non contrôlé trop à risque de complications ou une allergie connue au silicone.

Quelle est la procédure en clinique?

Au cours d’une rencontre avec votre physiothérapeute, vous essayerez plusieurs pessaires ‘’d’essai’’ (différents modèles et grandeurs) afin de tenter de trouver celui qui corrigera au mieux votre descente d’organe et soulagera vos symptômes. Essayer des pessaires, c’est un peu comme trouver chaussure à son pied ou trouver le bon soutien-gorge, ça dépend de votre problématique et de votre morphologie. Vous n’êtes pas supposée ressentir de douleur/inconfort une fois le pessaire en place. Il n’est pas garanti que le pessaire convienne à tout le monde : parfois il ne tient pas en place, est inconfortable ou ne corrige pas suffisamment la descente d’organe ou les symptômes.

Lorsque le bon modèle et la bonne grandeur sont identifiés, la physiothérapeute commandera votre propre pessaire auprès du fournisseur (1 à 2 semaines de délai). Après réception de votre pessaire, vous rencontrez à nouveau la physiothérapeute qui vous fournira les explications et enseignements pertinents : comment insérer et enlever votre pessaire, quand l’enlever, comment le nettoyer et quels sont les symptômes à surveiller.

Certaines vont utiliser le pessaire seulement pour quelques heures lorsqu’elles font du sport tandis que d’autres en feront un usage en continue (ex. celles qui ne voudraient pas le manipuler seules), ce qui nécessite alors un suivi auprès de la physiothérapeute ou d’une infirmière qualifiée du CLSC aux 2 mois afin de retirer le pessaire, le nettoyer et nous assurer que la muqueuse vaginale est saine avant de réintroduire le pessaire.

Financièrement, on peut s'attendre à quoi?

Un budget approximatif de départ de 400-500$ est à envisager : coût du pessaire (environ 100$) et des 2 premières rencontres auprès de la physiothérapeute (si l’option du pessaire est choisie dès le départ).

Selon l’Ordre Professionnel de la Physiothérapie du Québec, après le début de l’utilisation d’un pessaire, un suivi plus serré auprès de la physiothérapeute ou de votre médecin est recommandé au cours de la première année d’utilisation afin d’éviter les complications. Par la suite, si le pessaire est bien toléré, un suivi annuel auprès du médecin de famille ou d’un gynécologue est suffisant.

La durée de vie d’un pessaire est de 2 à 8 ans. Après un certain temps, selon certaines modifications anatomiques (ex : liées à la ménopause, nouvelle grossesse et accouchement, etc.), la grandeur ou le modèle du pessaire pourrait être à changer. De plus, avec le temps et selon l’utilisation et l’entretien, le matériel (silicone) pourrait se dégrader. Dans ce cas, vous devrez en cesser l’utilisation.

Rédigé par Émilie Vachon, physiothérapeute graduée du Micro-programme en rééducation périnéale et pelvienne

Nouvelles Nomade

En savoir plus

Utilisation du pessaire en RPP : quand et comment?

  • Conseils

Avoir du succès en rééducation périnéale et pelvienne, qu’est-ce que ça implique?

  • Conseils

+581 890-9520